Google analytics


30/07/2015

Les vendredis poétiques des Cabarets sur l'herbe.

vendredis,poétiques,patois,lecture spectacle,

Didier Le Gouic.


Vendredi 7 Août à 21 heures ,jardin des Lecoq,rue de la Mairie.
     « L’ gâs qu'a mal tourné! »
Lecture spectacle  de Gaston Coute , chansonnier libertaire et poète paysan,  par Didier Le Gouic.

Gaston Couté, fils de meunier, petit gars maigriot, aux regards de flamme, aux lèvres pincées,était un grand poète.  Le sourire aux lèvres et le couplet joyeux à l'esprit, il allait chantant, avec son inimitable accent beauceron, la splendeur de la nature, le petit peuple des paysans durs et fermes comme leur terre,  il flagellait les tartuferies, magnifiait les misères, pleurait sur les réprouvés et sonnait le tocsin des révoltes. Né à Beaugency en 1880, il est mort dans la misère à Paris, quelques mois avant  ses 31 ans. Ses admirateurs et ses amis l'appelaient le «  Mistral de la Beauce ».  vendredis,poétiques,patois,lecture spectacle
Didier Le Gouic qui a consacré plusieurs spectacles à Gaston Couté, nous fait découvrir l’actualité d’une œuvre, bien vivante encore un siècle après la disparition du poète. Roulant les r comme gravier sur pente et patoisant avec délectation , il nous fait entendre cette langue vraie, âpre, belle, tantôt drôle, tantôt pathétique, qu’il manie avec jubilation, cette langue qui a le goût de la terre, ce patois beauceron qui sous la plume éblouissante de Couté  cesse d’ être d'un terroir pour être compris de tous. Un patois national en somme. Et c’est ben biau. !

  Gaston Couté.


Dans mon pays, au temps des sèves,
A l'âge où d'instant en instant,
L'amour entrevu dans nos rêves
Se précise dans le Printemps,
Cueillant les fleurs que l'avril sème,
Un jour, pour la première fois,
Une fille m'a dit : «  Je t'aime »
En patois...


La soirée est accompagnée d’un rafraîchissement et d’une gourmandise maison.
Participation aux frais 3 euros.
Renseignements/Réservations 06 12 27 68 56
En cas de mauvais temps, le spectacle aura lieu à la salle des fêtes.
Qu'on se le dise !

Les commentaires sont fermés.